Il y a quelque temps de cela, je vous ai reparlé d'une affaire qui a marqué ma carrière judiciaire.

Le rappel des faits : un riche commerçant était retrouvé assassiné d’une décharge de fusil de chasse dans son lit, son épouse, son fils et son beau-fils étant présent dans la maison.

Après quelques mois d'enquête, les soupçons s'étaient dirigés vers la femme de la victime, qui avait été jugée à trois reprises et déclarée coupable à trois reprises.

L'acte d'accusation précisait bien que la mère avait, avec l'aide de ses enfants et notamment de celui dont j’assure la défense, maquillé la scène de crime pour faire croire à une intrusion extérieure.

Des journalistes se sont émus de l’histoire de cette famille et ont  réalisé en quelque sorte une contre-enquête qui a permis, à tout le moins, de montrer les graves lacunes de cette procédure.

Le nouvel avocat de Mme Alessandri a déposé un recours devant la cour de révision. Lorsque l'on sait à quel point cette cour est frileuse à revenir sur des décisions de justice d'ores et déjà définitive, on ne pouvait qu'être inquiet.

J'avais cependant espoir que la parole de ce petit garçon de 12 ans qui en a aujourd'hui 23 soit enfin reconnue  comme étant la vérité. Depuis plus de 10 ans que j'accompagne  ce gamin, je m'étais rendu compte à quel point il était difficile pour lui de ne jamais être cru, d'avoir l'impression de vivre dans un mensonge organisé par un système judiciaire qui l’ avait laminé.

À 14:30, la décision de la cour de révision est tombée :

la cour a fait droit à la requête en révision et a ordonné un supplément d'information.

Il s'agit d'ores et déjà d'une victoire. Cela signifie en langage clair que la cour de révision, saisi de ce recours, à considérer que ce qui avait été fait jusqu'à maintenant n'était ni fait ni à faire.

C'est en cela que cette décision peut être savourée

. Ensuite, trois solutions s'offriront à l'avenir de ce jeune homme.

Ou bien la cour de révision considére que le supplément d'information  n'a rien apporté de nouveau et rejette le recours.

La deuxième solution consistera ce que le supplément d'informations ait apporté des éléments nouveaux méritant la tenue d'un nouveau procès.

 Enfin, la cour de révision peut fort bien, après avoir pris connaissance du supplément d'information, purement et simplement annuler la condamnation dont  Mme Alessandri a fait l'objet.

Je ne mesure pas La joie qui a du être celle de Brice de se rendre compte qu'il n'était pas si fou, que des gens dont c’est le travail se sont mis à considérer que ce que les Alessandri clamaient depuis plus de 10 étaient peut être la vérité. Car, pour Brice, s’il est fondamental que sa mère soit innocentée, il est crucial que l'on retrouve les assassins de son père.

Je pense que cela pourra peut être faire en sorte de réconcilier Brice avec la justice de son pays.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.