le juge a convoqué l'enfant qu'il a placé dans une famille d'accueil il y a 6 mois.

L'enfant a été retiré à ses parents sur des suspicions de maltraitance de la part du père. Il a subi un traumatisme crânien ensuite d'une chute dans la cour de la maison, et les services sociaux ont soupçonné le père d'avoir inventé cette chute pour dissimuler le fait qu'il aurait violemment projeté l'enfant à terre.

 

Les parents ont insisté pour que soit désigné un avocat pour l'enfant, ce qui fut fait.

 

 

L'assistante sociale arrivant avec l'enfant qui saute dans les bras de sa mère, s'adressant à l'avocat d'un air agressif:

 

"Ah, c'est vous qui avez été désigné à la demande des parents ?

 

L'avocat :

" J'ai été désigné, peu importe à la requète de qui, pour assister cet enfant et je ne vois pas bien ce que cela change"

 

L'assistante sociale:

"Mais ça change tout ! "

 

L'avocat :

" Ce ne sont pas les parents qui me payent, madame, mais l'état, tout comme vous, et ma déontologie est le garant de mon indépendance, mais cela a du vous échapper, la déontologie je veux dire"

 

L'avocat prend l'enfant à part et s'entretient avec lui avant de l'accompagner chez le juge.

 

Le juge :

"bonjour tu sais que je suis le juge et ton avocat ne te l'a peut être pas dit mais je suis la pour prendre une décision au mieux de tes interêts, même si tu ne seras peut être pas d'accord avec ma décision"

 

L'enfant qui a 8 ans ouvre de grands yeux ronds :

" Je veux rentrer chez moi, mes parents et mon petit frère me manque" 

 

Le juge, lisant le rapport des services sociaux :

"on verra ça plus tard, alors on me dit que ça va bien en classe et que tu fais du sport ?

 

L'enfant :

"Oui et je m'amuse bien, mais le soir je suis triste et mes parents me manque.Je t'ai écris, tu as reçu ma lettre ?

 

Le juge :

"Oui, c'est tes parents qui t'ont dit de m'écrire ?

 

L'enfant :

"ben oui, ils m'ont dit qu'il fallait que j'écrive ce que je veux et c'est ce que j'ai fait "

 

Le juge :

"bien maître, voyez vous quelque chose à ajouter ?

 

L'avocat :

"Oui, Monsieur le juge; Tout d'abord cet enfant est parfaitement capable de discernement et son discours n'est pas téléguidé.

Ensuite, l'enquète qui a été diligenté sur les suspicions de maltraitance des parents vient d'être classé sans suite, enfin, cet enfant exprime clairement son souhait de rentrer chez lui et quelque soit l'avis des services sociaux, c'est sa place et il est attendu tant par ses parenrs que par son petit frère.

J'ose espérer que le placement de cet enfant que plus rien ne justifie sera levé dans les plus brefs délais"

 

Le juge nous donne congé et reçoit les parents et les services sociaux.

 

Le juge a suivi l'avis des services sociaux et a maintenu le placement. Un appel est en cours.

 

Si le juge ne joue pas son role d'arbitre et ne fais qu'entériner les preconisations d'un service qui ne veut pas reconnaitre qu'il a eu tort et s'enferme dans une logoique bien loin de l'interêt de l'enfant, alors à quoi sert le juge ?


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.