L'ADN est en train de supplanter l'aveu comme la reine des preuves dans les enquêtes policières. Tout le monde en est parfaitement conscient, et les malfaiteurs les premiers. Ils ne sont pas les derniers à s'abreuver de séries policières ou de police scientifique et ils ont acquis le sentiment d'avoir une parfaite connaissance en cette matière. J'ai eu l'occasion de défendre un jeune trentenaire qui, parce qu'il était dans le besoin, a cambriolé deux maisons. Il avait compris en regardant toutes ces séries qu'il ne fallait laisser aucune trace. Il a donc eu l'idée, une fois qu'il avait fini de cambrioler les maisons, d'asperger toutes les pièces où il était passé de produits détergents afin d'effacer toute trace de son passage. Il a agi avec une particulière méticulosité. Il n'a quasiment pas laissé 1 cm² de sol qu'il avait pu fouler, finissant même son travail avec un aérosol. En partant, il laissa ce dernier bien en évidence, oubliant tout simplement qu'il avait laissé l'un de ses doigts appuyé sur le bouton de l'aérosol pendant plusieurs minutes… Il avait donc laissé en évidence, son ADN ! Malheureusement pour lui, il était déjà fiché, de sorte que la police ne fut pas longue à l'identifier. Lorsqu'il fut arrêté, il ne fut pas long non plus à avouer  l'évidence ! Moralité de cette histoire : pour ne pas laisser son ADN, mieux vaut ne pas cambrioler.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.